Beaucoup plus qu'un Festival de la truite

Les 3 et 4 juin à Victoriaville


Publié le 20 avril 2017

Le maire André Bellavance, le président de Pêche Nicolet, Stéphane Carrière et le coordonnateur Jean-François Pellerin lors de l'annonce du 5e Festival de la truite de Victoriaville

©TC Media - Claude Thibodeau

Le Festival de la truite de Victoriaville revient pour une cinquième année, les 3 et 4 juin, au Parc Terre-des-Jeunes, mais un nouveau partenariat avec le Festival Émergences du Centre Emmaüs viendra rehausser sa programmation.

Dans l'ordre, le maire André Bellavance, le président de Pêche Nicolet, Stéphane Carrière et le coordonnateur du Festival, Jean-François Pellerin et le coordonnateur de Pêche Nicolet, Marc Morin
TC Media - Claude Thibodeau

Ainsi, en plus de taquiner la truite, les festivaliers profiteront des talents régionaux que proposera le Festival Émergences dans sa programmation culturelle, musicale et artistique.

Le Festival de la truite se veut une activité intergénérationnelle, accessible à tous. On y voit des grands-parents venir avec leurs petits-enfants

Stéphane Carrière, président de Pêche Nicolet

Les nouveautés ne s'arrêtent pas là. «Le BV Truck offrira, durant l'événement, une bonne petite bouffe avec des produits certifiés du terroir. Sans compter le Village des exposants. Une douzaine d'exposants et de commerçants ont confirmé leur participation à ce jour», a indiqué le coordonnateur du Festival de la truite, Jean-François Pellerin.

Le site proposera aussi un mini-carrousel avec poneys, une mini-ferme,

cinq jeux gonflables, peut-être même des jeux d'eau, selon le coordonnateur. «Nous organisons également un souper spectacle Fish and chips avec un groupe du Festival Émergences pour l'ambiance musicale. Et le dimanche, il s'agira d'un dîner-bénéfice pour le Festival Émergences», a fait savoir M. Pellerin.

Un des plus importants festivals

Après avoir attiré plus de 3000 personnes à sa première édition, le Festival de la truite de Victoriaville a réuni, au cours des deux dernières années plus de 5500 participants. Les organisateurs pensent bien en regrouper 7000 cette année.

«On a constaté que plus de 50% des participants sont des jeunes de 4 à 17 ans, notre relève», a confié Stéphane Carrière, le nouveau président de Pêche Nicolet, l'organisation à la tête du festival.

«Le Festival de la truite se veut une activité intergénérationnelle, accessible à tous. On y voit des grands-parents venir avec leurs petits-enfants», a précisé le président, rappelant qu'une section bassin est destinée aux enfants de 4 à 9 ans pour qu'ils puissent s'initier à la pêche de manière sécuritaire.

Pour la tenue du festival, pas moins de 2000 truites seront ensemencées dans la rivière Nicolet.

«Notre festival figure parmi les plus importants au Québec, selon le ministère», a souligné Stéphane Carrière, ajoutant que l'événement permet, non seulement de sensibiliser la population à la possibilité de la pêche urbaine, mais aussi d'augmenter la visibilité pour l'offre de pêche en région.

«À Victoriaville, on dispose, avec Terre-des-Jeunes et la halte routière de la route 116, de deux endroits magnifiques. On regarde aussi la possibilité d'exploiter d'autres secteurs», a-t-il précisé, tout en signalant aussi la qualité du parcours de pêche sur la rivière Nicolet.

«Ce parcours, encore méconnu, constitue un attrait touristique majeur. Avec près de 70 fosses, notre parcours se retrouve parmi les 10 plus beaux parcours aménagés en Amérique du Nord», a soutenu le président de Pêche Nicolet.

Le Festival de la truite de Victoriaville offre, encore cette année, le programme Pêche en ville qui, en quatre ans, a formé plus de 500 nouveaux jeunes pêcheurs. On fera de même cette année avec 200 autres jeunes.

«Notre festival se régionalise aussi en proposant Pêche en herbes à Chesterville, programme qui a formé 25 jeunes la première année, 50 autres l'an dernier. Et cette année, on en attend 75», a fait savoir Marc Morin, coordonnateur de Pêche Nicolet.

Outre le festival du début juin, Pêche Nicolet organise, entre le 29 avril et le 12 août, sept samedis Pêche en ville, des moments où l'organisme procède à des ensemencements de 500 truites à chaque occasion.

«Il y a aussi de l'encadrement avec des pêcheurs-conseils sur les lieux. La tenue de ces journées permet de rappeler aux citoyens qu'il est possible en tout temps de pêcher en milieu urbain», a confié Stéphane Carrière.

Pour le maire de Victoriaville, André Bellavance, le Festival de la truite et les samedis Pêche en ville s'inscrivent bien dans le concept de santé urbaine. «On m'a avait sensibilisé au projet quand j'étais député. J'y ai cru à ce projet et j'y crois toujours. J'ai été témoin de son évolution», a-t-il exprimé, tout en soulignant l'importance que les jeunes s'approprient les espaces publics.

«La gratuité des activités constitue aussi un élément important pour nous puisqu'elle permet l'accès aux gens de toutes conditions», a mentionné le maire Bellavance, heureux de constater l'ampleur que prend l'événement. «Et je suis convaincu que ça se poursuivra dans cette voie», a-t-il conclu, rappelant, qu'en vertu d'une entente en vigueur jusqu'en 2020, la Ville apporte un soutien financier et matériel.