Les Incroyables comestibles veut doubler les aires

Où les fruits et les légumes cultivés se donnent à la communauté


Publié le 6 mars 2017

De gauche à droite, Anne Beaumier, Guylaine Martin, le maire André Bellavance et Alexandre Guilmette

©Photo TC Media - Hélène Ruel

Le mouvement victoriavillois des Incroyables comestibles devrait de nouveau gagner du terrain cette année. Ses citoyens coordonnateurs, dont Guylaine Martin et Alexandre Guilmette, sont aussi incroyables qu'ambitieux. Ils visent doubler le nombre d'espaces où citoyens et commerces cultivent un potager et permettent aux passants d'en cueillir gratuitement les fruits… et les légumes.

En conférence de presse, Mme Martin et M. Guilmette, deux des douze coordonnateurs du mouvement victoriavillois officiellement lancé en 2015, ont présenté le bilan et les perspectives de la prochaine saison.

Un premier rendez-vous est donné pour le dimanche 12 mars à 13 h 30 à la bibliothèque Charles-Édouard-Mailhot. Une activité de semis pour les enfants, la présentation des œuvres de Nadia Loria Legris, une conférence de la vedette du film «Le semeur», Patrice Fortier et le partage de semences figurent à la programmation de cet après-midi.

Le lancement de la saison a eu lieu en présence du maire de Victoriaville André Bellavance qui a indiqué que la Ville continuerait de poser des gestes «incroyables», notamment à son Jardin des rendez-vous (angle de la rue Notre-Dame Est du boulevard Labbé). Au-delà du potager et des pommiers qu'elle y a déjà implantés, la Ville amorcera une troisième phase en plantant des arbres à noix.

La Ville «cultivera» en d'autres lieux comme au garage municipal et plantera des arbres fruitiers en bordure du sentier piétonnier menant du boulevard Arthabaska vers la Grande Place des Bois-Francs. Au centre-ville, progressivement, la Ville troquera les pots de fleurs contre des bacs de jardinage.

M. Bellavance a noté qu'en matière d'autosuffisance alimentaire, une ville pouvait faire plein de choses, comme de soutenir une telle initiative citoyenne. Il en avait fait état devant un parterre d'étudiants à la maîtrise en environnement de l'Université de Sherbrooke.

Lancé en Angleterre en 2008, le mouvement des Incroyables comestibles demeure encore méconnu, même si à Victoriaville, les initiatives se multiplient et que son expertise est sollicitée par de plus en plus de municipalités… de Saint-Rosaire à Montréal, a nommé Guylaine Martin. Encore récemment, Victoriaville recevait une délégation de Thetford Mines.

Cueillir n'est pas voler

L'agronome Guylaine Martin a d'ailleurs remarqué que les légumes cultivés dans les espaces citoyens sont cueillis sans témoin. «Oui, les gens ont l'impression de voler. Ils ne sont pas habitués à la culture de la gratuité.»

Mme Martin a rappelé que le mouvement citoyen visait une plus grande autonomie alimentaire et incitait au partage et à la solidarité, objectifs que partage Anne Beaumier du Festival de la paix, dont la programmation s'est attardée à cette question l'an dernier et qui rêve que Victoriaville devienne un «laboratoire» pour le Canada.

L'entrepreneur et citoyen coordonnateur Alexandre Guilmette a indiqué que le mouvement souhaitait faire passer à 100 le nombre d'espaces où les citoyens cultivent un potager. Ils peuvent le faire à la devanture de leur maison et indiquer, par une affichette, que les passants peuvent se servir. Ils peuvent aussi cultiver sur leur balcon ou dans leur cour arrière et mettre leurs surplus de récoltes à distribuer dans un panier sur le bord de la rue.

M. Guilmette a également souhaité qu'une vingtaine de commerces créent et partagent leurs comestibles.

Cette année, on verra apparaître des espaces potagers à l'écocentre de Gaudreau Environnement, ainsi que dans la cour de résidences pour aînés. La Résidence Chartwell Notre-Dame, la Villa Saint-Georges, la Maison Fleurie, Les Jardins du Parc, la Seigneurie Le Victorin ont démontré de l'intérêt. Et du côté des âgés, Guylaine Martin a fait remarquer qu'ils avaient déjà de l'expérience dans la culture d'un potager.

Les Incroyables comestibles nourrissent d'autres projets comme celui de créer un premier potager pour soutenir les familles immigrantes, offrir des ateliers d'agriculture urbaine au Cégep, recruter une autre soixantaine de bénévoles pour aider les citoyens à cultiver leur premier potager, créer une carte de membre offrant des avantages à des membres créateurs d'abondance.

À info@icvicto.org on peut obtenir des informations et on peut suivre le mouvement victoriavillois sur son compte Facebook. La Ville soutient les projets citoyens Incroyables comestibles, livrant terre et compost.