Les compressions dans le réseau des CPE et BC sont inadmissibles et alarmantes

Publié le 3 juillet 2015

Les gestionnaires des CPE et des BC de la Mauricie et du Centre-du-Québec sont particulièrement inquiets en regard de la stabilité et de la pérennité du réseau. En effet, si la priorité de l’ensemble des CPE et BC est de maintenir la qualité des services aux enfants et à leur famille, il devient difficile, voire impossible, d’absorber les compressions budgétaires annoncées dernièrement par le gouvernement.

Avec le dépôt des règles budgétaires 2015-2016, le gouvernement impose des compressions additionnelles de 74 millions dans les services de garde, lesquelles s’ajoutent aux quelque 400 millions que le réseau a déjà dû absorber depuis 2006.

Dans les dernières années, le réseau a déjà fait sa part de rationalisation tout en conjuguant avec la multiplication des normes et règlements imposés par les gouvernements successifs et ayant un coût financier important, mais pas financé : salaires normés, obligation d’adhésion à la liste d’attente centralisée, inspections et certificats de conformité des équipements, etc.

Au fil des années, les CPE et les BC ont su être créatifs et efficients pour pouvoir respecter les cadres budgétaires et les charges administratives supplémentaires imposés par les gouvernements tout en continuant à offrir les meilleurs services possible à tous les enfants et leur famille, et ce, quelles que soient leurs situations ou leurs conditions.

Mieux encore, il est aujourd’hui reconnu que la qualité des services offerts par les CPE aux enfants vivant dans un contexte de pauvreté est un facteur de protection pour une entrée à l’école réussie.

Le Regroupement des CPE de la Mauricie et du Centre-du-Québec dénonce donc vivement l’attitude intransigeante du gouvernement et son refus du dialogue alors que le réseau avait pourtant déposé des propositions concrètes et constructives permettant des économies substantielles tout en protégeant la qualité des services.

L’ensemble des gestionnaires est à pied d’oeuvre pour étudier les possibilités de passer à travers cette nouvelle crise : «La qualité des services offerts aux enfants demeure notre préoccupation de chaque instant. Nous nous devons de conserver une qualité irréprochable pour nos enfants et leur famille notamment au niveau de l’alimentation, de la sécurité et de l’approche éducative. Cependant, les coupures que nous subissons aujourd'hui compromettent sérieusement, à court terme, les ressources de soutien pédagogique qui permettaient d'offrir une réponse optimum aux enfants et à leur famille. Ces mesures entraîneront des pertes d'emploi, mais surtout d'expertise dans notre milieu», a déclaré Madame Marie Andrée Gendron, Présidente du RCPE 04-17.