Près de 30% des résidents sondés gênés par le bruit

Parc éolien de L'Érable

Carol Isabel carol.isabel@tc.tc
Publié le 6 octobre 2015
Un coup de sonde qui a interpellé ses auteurs, Claude Charron et Michel Vachon, à émettre quatre recommandations au gouvernement du Québec. (Photo TC Media – Carol Isabel)

ENVIRONNEMENT. Près de 30% des propriétaires permanents ou saisonniers de Saint-Ferdinand, Sainte-Sophie-d'Halifax et Saint-Pierre-Baptiste résidant à moins de 2 km du parc éolien de L'Érable affirment être fortement ou extrêmement dérangés par le bruit des éoliennes dans un sondage visant à dresser un portrait de la situation lié à la perception du climat sonore.

Les auteurs, Claude Charron et Michel Vachon de Saint-Ferdinand, ont d'abord tenu à souligner la précieuse collaboration de la Direction régionale de la santé publique (MSSS) pour l'élaboration des questions du sondage, l'apport de l'Association coopérative d'économie familiale Appalaches-Beauce-Etchemins (ACEF-ABE) pour la réception et la numérisation des sondages ainsi que le soutien financier du Regroupement pour le développement durable des Appalaches (RDDA).

Des 194 questionnaires envoyés avec une enveloppe de retour prêt-à-poster, 116 questionnaires ont été dûment remplis et retournés dans le temps prescrit, représentant un taux de réponse de 60%.

Seulement 42% des résidents satisfaits de leur milieu de vie

Le sondage fait notamment état que seulement 42% des résidents sondés sont satisfaits de leur milieu de vie alors que 45% des répondants se disent insatisfaits. «En affichant un aussi faible taux de satisfaction de leur milieu de vie, les résidents du parc éolien de L'Érable lancent un signal d'alarme à tous ceux qui souhaitent implanter des éoliennes industrielles en milieu habité, tout particulièrement aux décideurs que sont les élus municipaux et provinciaux», d'indiquer les auteurs du sondage.

«Quand on compare à d'autres résultats au Québec, à Bromont, par exemple, 99% des gens sont satisfaits de leur milieu de vie et recommanderaient à 96% de vivre à Bromont. On est très loin de ce résultat», d'ajouter M. Vachon précisant que cette question-ci ne concerne pas juste le bruit dérangeant des éoliennes, mais inclut également le paysage perturbé et l'évaluation de sa propriété.

Les auteurs de l'étude se sont également montrés surpris que 40% des répondants aient affirmé avoir souffert de symptômes, tels migraines, maux de tête, étourdissements, bourdonnements et sifflements dans les oreilles, ou une combinaison de ces symptômes au cours des 12 derniers mois.

Quatre recommandations

Pour M. Vachon, il ne fait aucun doute que la balle est maintenant dans le camp du gouvernement du Québec pour qu'il impose aux futurs parcs éoliens une distance de protection de 2 km entre les éoliennes et toute résidence, comme c'est le cas pour les noyaux villageois dans la plupart des projets éoliens au Québec. «Les éoliennes et les maisons, ça ne fait pas bon ménage. C'est ce que nous disent les gens dans notre sondage.»

Les auteurs du sondage suggèrent également trois autres recommandations à l'effet que le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) impose au promoteur la diminution de la production de certaines éoliennes, que le ministère de la Santé et des Services sociaux mène une étude sur les résidents du parc éolien de L'Érable affirmant souffrir de symptômes potentiellement reliés à la proximité d'éoliennes de grande puissance et que le MDDELCC remplace la Note d'instruction 98-01 servant à mesurer le bruit, par une mesure adaptée au bruit caractéristique des éoliennes, comme il s'était officiellement engagé à le faire dès 2008.

Notons en terminant que tous les résultats du sondage seront disponibles sur le site du rdda.ca.