Les bibliothécaires déplorent la décision de Victoriaville

Hélène Ruel helene.ruel@tc.tc
Publié le 10 janvier 2011
Vue de la bibliothèque Charles-Édouard-Mailhot

Que la Ville de Victoriaville ne confie plus le gouvernail de ses deux bibliothèques à une bibliothécaire «étonne» et «inquiète» la Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec (CBPQ).

Son président, Louis Houle, a adressé une lettre aux autorités de la Ville pour déplorer cette décision.

«Il est en effet regrettable que la personne qui occupe le poste de responsable du secteur des bibliothèques de Victoriaville ne soit pas bibliothécaire en titre», écrit M. Houle.

À la fin de l'été dernier, la Ville a en effet confié la coordination et la gestion de ses bibliothèques à la technicienne Julie Bouchard, elle qui avait pris le relais de la bibliothécaire Sylvie Filiatreault.

Le maire et le directeur général de la Ville avaient alors expliqué qu'ils avaient renoncé «pour l'instant» à se mettre de nouveau en quête d'une bibliothécaire, une «denrée rare», avait alors souligné le directeur général, Martin Lessard.

«Sans préjudice des qualités personnelles et professionnelles de la personne qui occupe le poste», prend la peine de préciser le président de la CBPQ, la décision de la Ville de Victoriaville va à l'encontre des usages pour une fonction de direction d'une bibliothèque municipale.

Selon lui, «les citoyens de Victoriaville sont en droit de bénéficier d'une bibliothécaire en mesure d'assurer des services de qualité et le développement de la bibliothèque en harmonie avec leurs besoins».

Louis Houle poursuit en écrivant que seul un professionnel qualifié peut répondre adéquatement en utilisant les outils, les normes et les processus appropriés. «Les différents projets de mise en réseau des services des bibliothèques à l'échelle du Québec et plus largement commandent une expertise qui ne s'acquiert que par la formation reconnue par l'American Library Association, soit la maîtrise en bibliothéconomie et sciences de l'information, ajoute le président de la CBPQ.

Il souligne que le ministère de l'Éducation a lui-même requis que les bibliothécaires embauchés dans le cadre du récent Plan de la lecture à l'école soient titulaires d'une maîtrise.

Comme pour tous les autres services municipaux, une bibliothèque doit être dirigée par une personne ayant reçu la formation adéquate pour en assurer la bonne gestion, le respect des normes et des meilleures pratiques. «Il s'agit ici de l'application du principe du respect des compétences des diverses professions», conclut Louis Houle.