Les Tigres ont crevé l’abcès

Benoît Plamondon
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Même si beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis l’élimination des Tigres en première ronde éliminatoire, l’hiver dernier, les joueurs des Tigres avaient encore en mémoire ce douloureux souvenir en ce début de saison. Or, les protégés de Yanick Jean avaient une occasion en or de crever l’abcès, samedi, lors du passage de la formation nord-côtière à l’Amphithéâtre Gilbert-Perreault.

Yanick Jean, au côté de son adjoint, Carl Mallette

Mission accomplie pour les Tigres, qui ont vaincu leurs rivaux par le pointage de 7 à 3, devant un peu plus de 2 300 personnes. Au cours de ce duel, le capitaine Phillip Danault a brillé, inscrivant trois buts et une mention d’aide. La veille, dans une victoire de 4 à 0 face aux Cataractes de Shawinigan, il avait fait mouche à deux occasions.

«On ne s’est pas attardé beaucoup à notre élimination face au Drakkar depuis le début de la saison, mais il n’en demeure pas moins que ça reste toujours dans ton esprit. C’est quand même cette équipe qui nous a éliminés. Le match de ce soir était une belle occasion de passer définitivement à autre chose», a expliqué l’entraîneur-chef.

«Le capitaine a montré le chemin au cours de ces deux matchs. C’est ce qu’on veut voir», a-t-il poursuivi.

Jean a apprécié la performance des siens, qui n’ont jamais véritablement menacé par l’adversaire, qui a joué du hockey de rattrapage durant tout le match.

«On a mérité amplement cette victoire. Parmi les moments clés, je note notre excellent départ. Ces deux buts en supériorité numérique tôt dans la rencontre ont fait une grosse différence. Aussi, chaque fois qu’ils ont marqué, nous n’avons pas tardé à répliquer. Le seul moment où nous nous sommes retrouvés dans une situation délicate est survenu en troisième période, sur un appel manqué de l’officiel», a-t-il dit, faisant référence à un tir de pénalité octroyé à Frédéric Gamelin. Jean est persuadé que le joueur des Tigres a touché à la rondelle avant de faire trébucher l’adversaire. Dans pareille situation, il s’agit d’un geste permis.

Les félins sont donc parfaits à domicile cette saison. Plusieurs recrues ont profité de ce week-end d’ouverture pour briser la glace. Ce fut le cas de Tristan Pomerleau et de Lucas Batt, notamment.

«On aime voir cela tôt dans la saison. On veut évidemment éviter que des joueurs mettent 25 ou 30 matchs avant de briser la glace. Ça devient lourd. De marquer tôt est bon pour la confiance. Lucas Batt, entre autres, a très bien fait. Il a utilisé sa vitesse. Il va certainement devenir une menace s’il continue ainsi», a vanté Jean.

L’entraîneur dit avoir aussi apprécié la constance des siens depuis l’ouverture de la campagne. Malgré les deux défaites en Abitibi, ils ont gardé le cap, ce qui a résulté de ces deux victoires, selon lui.

«Nous n’avons pas paniqué, et ce, même si nous avons subi la défaite en début de saison. L’important, c’était de ne pas douter de nous. Lorsque c’est le cas, tu te mets à vouloir en faire plus et ça met généralement l’équipe dans l’embarras. Il fallait rester dans le système. Je suis très fier de l’équipe», a-t-il ajouté.

Les Tigres bénéficieront d’une journée de congé, dimanche. Ils reprendront l’entraînement, lundi. Mardi, ils accueilleront le Phoenix de Sherbrooke. L’état de santé de Jonathan Diaby (pied) et de Dominik Rehak (côtes) sera réévalué d’ici là.

Lieux géographiques: Cataractes de Shawinigan, Drakkar, Abitibi

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires