LHJMQ : Lebel suspendu huit matchs pour usage de méthylhexanéamine

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La Ligue canadienne de hockey (LCH) et le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES) ont annoncé, aujourd’hui, qu’un joueur de hockey junior a été suspendu pour huit matchs pour une violation aux règles de la politique antidopage de la LCH. Cette violation a été découverte lors de l’analyse d’un échantillon d’urine recueilli durant un contrôle antidopage en compétition réalisé en avril dernier. Celui-ci révélait la présence de méthylhexanéamine, un stimulant qui figure sur la liste des produits interdits.

*

En vertu des règles de la Politique antidopage de la LCH, Steve Lebel, un joueur ayant évolué avec les Saguenéens de Chicoutimi au cours de la dernière saison, a reçu une suspension de huit matchs pour avoir commis une première violation pour usage d’une substance interdite. Le joueur purgera la suspension au début de la prochaine campagne.

«Steve Lebel s’est montré très coopératif tout au long du processus. Après avoir recueilli ses explications, nous sommes convaincus que le joueur a consommé un supplément sans savoir qu’il contenait une substance interdite», a indiqué Gilles Courteau, commissaire de la LHJMQ. «Les suppléments et les produits de nutrition sportive retrouvés en vente libre sur Internet et dans des magasins spécialisés peuvent contenir des traces de méthylhexanéamine et autres substances interdites. Devant cette situation, nous réalisons toute l’importance de continuer à sensibiliser nos équipes aux risques encourus si un joueur consomme une substance interdite ou un supplément contaminé et sommes privilégiés de pouvoir compter sur la collaboration du CCES pour nous aider à veiller sur la santé de nos joueurs par l’entremise de notre programme antidopage.»

La méthylhexanéamine est interdite en compétition en vertu de la Liste des interdictions de l’Agence mondiale antidopage, à laquelle souscrit la LCH. Au Canada, la méthylhexanéamine n’est pas un ingrédient que l’on retrouve dans les médicaments autorisés par Santé Canada, mais elle est présente dans certains suppléments. «Cette violation signale de nouveau aux athlètes les risques liés à la consommation de suppléments et de produits de nutrition sportive, souligne Paul Melia, président et directeur général du CCES. Les athlètes doivent être extrêmement vigilants lorsqu’ils envisagent de consommer des suppléments et produits de nutrition sportive, parce qu’ils demeurent responsables de toute substance interdite qui se retrouve dans leurs échantillons, peu importe comment elles s’y sont retrouvées.»

Le CCES est un organisme indépendant, national et à but non lucratif. Notre mission – promouvoir l’éthique dans le sport au Canada – se réalise grâce à la recherche, la promotion, l’éducation, la détection et la dissuasion ainsi que par divers programmes et partenariats avec d’autres organismes.

Organisations: Politique antidopage de la LCH, Agence mondiale antidopage, Santé Canada

Lieux géographiques: Chicoutimi, Canada

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires