Fin de l’aventure à Warwick

Steven Lafortune
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

C’est la fin de l’aventure à l’Omnium de Warwick. Daniel Côté et son comité organisateur ont décidé que la 16e édition serait la dernière. Néanmoins, malgré l’arrêt de la compétition sur la terre battue rouge du Club Aramis, il continuera d’épauler le sport dans la municipalité.

L’Omnium de Warwick a disputé sa dernière compétition cette fin de semaine, après 16 années sur la terre battue rouge du Club Aramis.

C’est un président au bord des larmes qui a annoncé la triste nouvelle, après avoir regardé Isade Juneau soulever le trophée. «Ça été une expérience très enrichissante tout au long de ses 16 années et le tournoi gardera une valeur sentimentale pour moi. Nous avons quand même donné 75 000 $ en bourses et remis 44 000 $ pour les différents sports de la région. Je crois que nous avons fait notre part et placé Warwick sur la carte du tennis au Québec», a-t-il déclaré, ajoutant que la décision a été prise depuis le 17 octobre.

Le président évoque plusieurs raisons qui ont expliqué son choix. «C’est beaucoup de travail. En plus de mon travail, le tournoi me prend entre 350 et 400 heures durant l’année. On vieillit en âge et avec trois enfants, il faut mordre dans la vie», a-t-il commenté.

Cependant, il n’oublie pas la relève, car il créera une fondation afin d’aider les jeunes sportifs prometteurs. «Avec la fondation, nous serons en mesure de fournir 3 500 $ pour les sept prochaines années, grâce aux commanditaires», a-t-il lancé.

Espérant qu’une personne se manifeste pour reprendre le flambeau, il rappelle la qualité de l’Omnium. «Le tournoi est prisé par les athlètes, qui remercient toujours en premier les installations, les chasseurs de balles et l’audience. Ils ne sont pas habitués d’avoir autant de spectateurs à leurs matchs et l’organisation est absolument incroyable», a-t-il conclu.

La porte n’est pas fermée

Même si la décision a été prise et semble définitive, le directeur à la sélection des joueurs ainsi qu’à l’horaire, Emmanuel Lavigne, ne ferme pas la porte à d’éventuelles offres de garder l’Omnium de Warwick en vie. «Nous sommes prêts à aider et à mettre à leur disposition tous nos contacts», a-t-il souligné.

Lieux géographiques: Warwick, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires