«La drift pour moi, c’est l’expression de soi»

Steven Lafortune
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Marc Landreville est un passionné de tout ce qui a un moteur et une direction. Ce n’est donc pas étonnant de le voir s’exécuter sur le circuit du Championnat de drift DMCC il y a de cela trois ans, au volant de sa Nissan 240sx S14 importée du Japon, avec une conduite à droite. C’est d’ailleurs son père, Denis, qui lui a transmis l’amour de la compétition et des voitures modifiées.

Marc Landreville sera à surveiller au cours des prochaines années, car il est l’une des étoiles montantes sur la scène de drift au Québec.

«Je baigne dans ce monde dès mon jeune âge. Mon père est mécanicien, alors je suis vite tombé accro de ce style de vie. Je me souviens, plus jeune, que je rêvais d’avoir une Nissan 240sx ou une Mazda Rx-7», a raconté le pilote de 24 ans.

Ayant suivi les traces de son paternel en devenant lui aussi mécanicien de profession, il explique comment il a plongé dans l’univers de la drift. «C’est pour moi une expression de soi. La sensation que tu as derrière ton volant est indescriptible. C’est toi qui contrôles la voiture dans son dérapage et l’adrénaline que tu as lorsque tu réussis tes manœuvres sur la piste est incroyable», a-t-il déclaré.

Un palmarès enviable

Pratiquant ce style de course automobile depuis six ans, Marc Landreville s’est distingué dès son arrivée sur le circuit DMCC, avec une 3e position. L’an dernier, il a terminé au pied du podium, avec une 4e place et cette saison, il se situe au 2e rang après trois étapes avec 241 points, talonnant Patrick Cyr, originaire de l’Ontario, qui trône la division pro-est avec 279 points.

Cette escale à Victoriaville a été remplie de surprises pour celui qui habite maintenant Saint-Félix-de-Valois, dans Lanaudière. Tout d’abord, il a terminé au pied du podium, avec une quatrième place. «Tout allait bien pour moi jusqu’à mon match de demi-finale contre Jonathan Thiffault. J’ai fait un tête à queue lors du premier virage de la deuxième vague et je suis entré en contact avec lui, abîmant ma voiture. Comme j’ai été l’instigateur de l’accrochage, j’ai été disqualifié», a-t-il confié.

Par contre, cette performance lui a valu assez de points pour s’emparer de la tête du championnat, car Patrick Cyr ne s’est pas qualifié pour la ronde des 16, ce qui a ouvert la voie à Landreville.

Détenant maintenant une avance d’environ trente points, il sait ce qu’il doit accomplir pour garder sa suprématie. «Avec un podium d’ici la fin de l’année, cela devrait être suffisant pour décrocher le titre de champion», a-t-il simplement lancé.

Organisations: Mazda

Lieux géographiques: Circuit DMCC, Ontario, Victoriaville Saint-Félix-de-Valois Landreville

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires