Le CIFIT, lauréat du Prix de la relève pour l’implication en santé et sécurité au travail

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Pour sa procédure de cadenassage

L’équipe du Centre intégré de formation et d’innovation technologique à Victoriaville, le CIFIT, a une double raison de se réjouir. D’abord, on a élaboré et mis en place une procédure de cadenassage pour rendre tous les équipements sécuritaires. Puis, cette même procédure a remporté le Prix de la relève pour l’implication en santé et sécurité au travail remis pour la première fois récemment par la Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST), région de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

L’équipe de santé et sécurité du CIFIT est composée d’élèves, Michaël Nadeau et Robert Daigle, de René Bouchard, enseignant en mécanique industrielle, de Yannick Maheu, enseignant en électromécanique, à l’avant, ainsi que deux autres élèves, André Dumont et Kim Lee Ramsay. Ils présentent fièrement cette plaque souvenir remise par la Commission de la santé et de la sécurité au travail, région de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Le directeur adjoint du Centre, Marc Hamel, et les membres de son équipe affichent une réelle fierté d’avoir remporté ce Prix. «D’une part, dit M. Hamel, il était important d’uniformiser nos procédures de sécurité au sein du Centre et, d’autre part, nous faisons en sorte que ces mesures soient gravées à l’esprit de nos élèves. C’est une nouvelle culture à mettre en place pour qu’elle les suive partout où ils iront quand ils seront en situation d’emploi.»

Soulignons qu’au moment de l’entretien ou de la réparation d’équipements, la transmission de l’énergie contenue dans une machine, un système, une tuyauterie ou un appareil électrique expose à des risques de blessures graves. La procédure mise en place au CIFIT - notons que le Centre de formation professionnelle Vision 20 20 également à Victoriaville et André-Morissette à Plessisville ont réalisé un exercice semblable – fait en sorte que tous les intervenants dans les différents centres doivent dorénavant s’y conformer.

«Lors d’activités d’entretien, explique Yannick Maheu, enseignant au Centre, on s’assure donc de mettre littéralement sous cadenas – de couleurs différentes selon qu’on est prof, élèves, sous-traitants, etc. - les principales sources d’alimentation de l’équipement sur lequel on travaille que ce soit l’alimentation électrique, hydraulique, pneumatique et l’énergie potentielle.»

Cette procédure permet de prévenir les démarrages intempestifs et les bris d’équipements et permet aussi de respecter les normes et les règles de santé et de sécurité.

Sept établissements d’enseignement du Centre-du-Québec et de la Mauricie avaient posé leur candidature pour ce Prix qui vise à souligner les efforts conjugués des gestionnaires, des enseignants et des élèves qui se distinguent par des réalisations qui améliorent la gestion et de la sécurité au travail.

Lieux géographiques: Victoriaville, Plessisville, Mauricie

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires