Rire pour être heureux, c’est très sérieux!

Hélène
Hélène Ruel
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

On lui aurait annoncé il y a dix ans qu’un jour elle gagnerait sa vie comme maître professeur de yoga du rire, Linda Leclerc aurait réagi… en éclatant de rire! Jamais elle n’aurait pu soupçonner une aussi singulière destinée. Et pourtant, le «rire sans raison» lui procure depuis longtemps un bien-être personnel, et, la fait vivre, professionnellement, depuis plus de deux ans.

Fondatrice de l’École du yoga du rire au Canada, elle est la première maître professeure agréée de yoga du rire au monde, ambassadrice de ce mouvement international qu’a fondé le docteur Madan Hataria.

Que le lecteur ne prenne pas la poudre d’escampette, il ne s’agit pas d’une secte! Au contraire, Linda Leclerc rêve que le monde entier s’adonne, au moins dix minutes par jour, à rire sans raison, comme d’autres pratiquent le yoga et la méditation. «Le monde n’en serait que meilleur!», dit-elle.

Et dans cet esprit, elle a aussi fondé une communauté internationale de HaHa Sisterhood, convaincue que, investie de tant de rôles, la femme qui rit peut changer le monde.

Rire pour être heureux

Originaire d’Arthabaska, résidant maintenant à Gatineau, elle a eu sa «Minute de gloire» à l’émission radio-canadienne de Pénélope McQuade au début de mai, invitant l’assistance et les invités de l’animatrice à quelques exercices de «Ho, Ho et de Ha, Ha», donnant une furtive idée de ce qu’elle professe.

Avec son homologue française, Corrine Cosseron, elle vient de publier l’ouvrage Le yoga du rire (Guy Trédaniel Éditeur) où l’on y apprend, finalement, que le rire constitue un exercice on ne peut plus sérieux, bénéfique pour la santé mentale et même physique, ces assertions s’appuyant sur des fondements scientifiques.

«Souvent le rire est passif, on attend que quelque chose d’extérieur à soi nous arrive. Avec le yoga du rire, on met sa mécanique en marche. On ne rit pas parce qu’on est heureux, on est heureux parce qu’on rit.»

Outre cet ouvrage où les deux «yogistes rieuses» proposent toutes sortes d’exercices pour s’adonner au rire sans raison, Linda Leclerc a aussi produit un DVD «Destination rire… en voiture», une autre manière originale de proposer des exercices à faire dans son véhicule.

C’est un peu comme si, les mains bien accrochées au volant, pendant quelques kilomètres, on participait à une session en groupe. Les exercices sont simples et l’on constate, en les pratiquant, que le rire est étroitement associé à la respiration.

«Le rire ne fait pas disparaître la douleur et la souffrance de ce que l’on peut vivre. Mais il allume une petite lumière à l'intérieur de soi. Et le plus bel effet du rire, c’est qu’il nous oblige à respirer.»

Ce DVD est le premier d’une série, Linda Leclerc ayant déjà enregistré deux des quatre autres à venir. «Il y en aura un pour les gens au travail, un autre qui ne sera constitué que de rires, en solo, en duo, en groupe, un quatrième proposera des exercices avec les enfants et un cinquième pour les gens qui veulent s’adonner au yoga du rire chez eux, en solo.»

Pour animer des ateliers, donner des conférences, former des moniteurs, Linda Leclerc voyage au Québec, au Canada et aux États-Unis. Elle participera à la Conférence nord-américaine du yoga du rire à Chicago, l’automne prochain.

«Pas pour rire»

Elle travaille beaucoup dans les entreprises où on l’invite à donner quelques rudiments du yoga du rire. «On se rend compte que des employés capables de rire ont des relations professionnelles plus harmonieuses, des communications plus fluides, règlent plus facilement les conflits, sont, en un mot, plus productifs.»

L’automne prochain, on devrait aussi la voir apparaître dans le documentaire Le vieil âge et le rire de Fernand Dansereau, une expérience qu’elle a adorée. On la verra dans la version cinématographique, malheureusement pas dans la version télévisée présentée plus tard.

Elle s'est aussi attelée à la traduction de l'ouvrage fondateur du docteur Hataria, un travail qui lui a demandé beaucoup d'attention.

Quand on lui fait remarquer qu’elle est occupée «en pas pour rire», Linda Leclerc s’esclaffe, en prend note sur son téléphone intelligent… pour réfléchir sérieusement plus tard à la provenance de cette si drôle d’expression.

Organisations: École du yoga du rire au Canada, Conférence nord-américaine du yoga du rire

Lieux géographiques: Gatineau, Québec, Canada États-Unis Chicago

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Céline Bergeron
    31 juillet 2012 - 18:36

    Mes salutations de rires et bravo Linda! Au plaisir de te rencontrer, j'anime du yoga du rire depuis 2 ans dans les Laurenides ( Québec ) c'est la plus belle chose qui me soit arriver pour me relaxer tout en partageant cette contagion de rire sans raison... cette âme d'enfant qui est là en permanence en nous à nous de le stimuler et le partager. Les clubs de rires est une opportunité pour libérer toutes cette joie qui attend que nous, pour ouvrir cette porte vers l'inconnu du rire en expansion...oui j'y crois pour un monde meilleur ...à nous de continuer à rire à l'infini....hihihi ...(^_^).... rions tous en choeur et en échooooo... Merci Linda pour être cette pionière qui a eu l'audace d'y croire, yeahhhhh....A+.... Céline Bergeron :))))

  • F. LOIZEAU
    31 juillet 2012 - 11:01

    Bravo et félicitations à Linda ! C'est avec grand plaisir que je lis cet article et je suis ravi de voir le yoga du rire progresser partout. Linda est fantastique, j'ai même cru entendre son rire de l'autre côté de l'atlantique lors de la lecture de cet new ou du moins recevoir une onde de positif. Je vous envoie mes meilleurs rires depuis la France et belle suite. Fab'rire

  • MAILLARD
    29 juillet 2012 - 11:12

    Je suis animatrice de yoga du rire et cela surprend à chaque fois que je me présente. Certaines personnes me regardent comme si je venais d'une autre planète et d'autres se demandent où se trouve l'arnaque. Ici dans cette partie de la France, il est difficile de faire adhérer les gens, cependant je ne perds pas espoir. Bonne continuation dans le rire et la bonne humeur ! Agnelle