Dix demandes pour les aînés du Québec

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Lyne Parent

Nous adressons aux principaux partis politiques dix demandes pour les aînés du Québec. Ces demandes sont précises et représentent les besoins les plus criants des personnes âgées québécoises. Nous demandons aux principaux partis de s’engager à y répondre favorablement.

La population aînée du Québec n’est pas considérée à sa juste mesure dans les lieux de pouvoir qui la concernent. Les aînés peuvent par ailleurs contribuer de façon positive à la résolution de problèmes économiques, que ce soit par leurs recommandations ou par leur propre participation au marché du travail. Des engagements en ce sens n’ont pas de conséquences budgétaires : ils ne dépendent donc que d’une volonté politique en faveur des droits et de la dignité des personnes retraitées. En conséquence, l’AQRP demande un représentant des retraités au conseil d’administration de la Caisse de dépôt et placement du Québec, dans les négociations des régimes de retraite du secteur public et à la Commission des partenaires du marché du travail.

La situation des régimes de retraite est non seulement inquiétante sous de nombreux aspects, elle comporte aussi son lot d’injustices. Ces injustices affectent autant les retraités du secteur privé que du secteur public. Tous les retraités ont droit à une retraite décente et juste. En conséquence, l’AQRP demande de :

Rendre les régimes de retraite du secteur privé des créanciers prioritaires en cas de fermeture ou de relance d’entreprise ;

Corriger la désindexation des années 1982-1999 dans les régimes de retraite des secteurs public et parapublic;

Éliminer la clause de discrimination qui ampute l’indemnité de remplacement de revenu en cas d’accident du travail à partir de 65 ans à la CSST.

L’importance d’investir dans les soins à domicile est largement reconnue, mais les fonds actuellement prévus sont insuffisants à court terme. Le réseau des CHSLD, qui accueille une clientèle plus lourde, est sous forte pression. La possibilité de mourir dignement en compagnie de ses proches n’est pas offerte à tous les Québécois. En conséquence, l’AQRP demande :

300 millions de dollars de plus par année pour les soins à domicile, de façon récurrente, dès la première année du prochain mandat;

5 000 nouvelles places en CHSLD en 5 ans;

200 nouveaux lits de soins palliatifs.

Le gouvernement du Québec a lancé un plan d’action contre la maltraitance envers les aînés. Malgré ce plan, au contraire de nombreuses autres législatures au Canada et à l’étranger, le Québec n’a pas instauré de mécanisme obligatoire de dénonciation et de prise en charge de situations d’abus envers les aînés. Pourtant, de nombreux aînés victimes d’abus sont en contact avec des membres de divers ordres professionnels et de diverses institutions publiques ou privées. En conséquence, l’AQRP demande de rendre obligatoire la dénonciation des situations d’abus envers les aînés.

Ces demandes sont raisonnables et représentatives des besoins prioritaires des aînés et des retraités. La tenue d’élections générales est le moment idéal pour aborder ces enjeux qui ont été relativement absents du débat public au cours des derniers mois. Aux partis de s’engager!

Lyne Parent, présidente

Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP)

Organisations: Caisse de dépôt, Commission des partenaires du marché du travail, CSST

Lieux géographiques: Québec, Canada

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires