À qui la rue? À qui le Québec?

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le gouvernement de Jean Charest impose un changement idéologique aux Québécois et Québécoises! Le système utilisateurs-payeurs, le parfait manifeste de la révolution tarifaire. Les contribuables québécois devront payer davantage et bénéficier de moins de services à l’instar des entreprises étrangères qui pourront bénéficier de l’aide gouvernementale.

Ce qui est révoltant dans tout ça, c’est que nos ressources qui sont non renouvelables seront données à des intérêts étrangers sans que NOUS, le peuple, recevions notre juste part. Les fameuses redevances que nos élus libéraux nous promettent seront calculées en fonction des bénéfices (profits) des entreprises. Le problème avec cette façon de faire, c’est que nous n’avons aucune certitude de recevoir un cent de nos ressources! Cependant, pour ma part, je suis certain de devoir payer à même nos impôts durement gagnés les frais de la décontamination de nos sols, les frais d’un Québec exfolié de ses ressources. Mais, vous me direz que c’est horrible et vous avez raison. Heureusement, il y a une piste de solution. Cette piste est de changer le calcul des redevances, par un calcul fort simple, celui du prix d’extraction, autrement dit, on pourrait recevoir une redevance sur la quantité extraite à même nos sols collectifs.

Je ne veux pas prendre la défense de Mme Marois, mais je me questionne sur la pertinence du chef de l’état québécois qui l’associe à la violence, car celle-ci porte un carré rouge! Qu’est-ce que nous devons présumer de M. Charest sur la corruption, car il n’a pas condamné celle-ci au-delà de vœux pieux et, par ailleurs, je tiens à souligner son mutisme sur la question de son ancien ministre de la famille, qui ne l’oublions pas, fait face à des accusations criminelles.

Par ailleurs, ce gouvernement a été élu pour faire une réingénierie de l’État, rendre l’état québécois plus efficient et efficace. Il n’a pas été élu pour accroître nos taxes, mais de mieux les gérer. Si les finances du Québec sont dans un état déplorable comme la Grèce, alors pourquoi qu’en 2005 ce gouvernement a fait une baisse d’impôt et pourquoi que nous ne payons pas le taux d’intérêt exorbitant de la Grèce pour leur dette? Et finalement, si l’état de notre économie est si monstrueuse que cela, pourquoi que le gouvernement a aboli la taxe sur le capital (c’est une source de revenus prélevée majoritairement sur les entreprises)?

Toutes ces questions me portent à croire que nous, peuple québécois, nous ne sommes plus maîtres de chez nous et, heureusement, il y a des lucides qui sortent dans nos rues pour nous faire sortir du confort de nos salons et de nos pantoufles, ils nous forcent à nous sortir de notre torpeur et de notre mutisme collectif, car l’heure est grave, il faut se réveiller.

Bref, ce gouvernement n’a pas obtenu un mandat de la population pour effectuer ce changement idéologique de l’utilisateur-payeur, mais bien un mandat de réingénierie de l’État.

Bien beau d’avoir les deux mains sur le volant, mais quand la direction est tout droit dans le champ, la population a un devoir de le remettre dans le droit chemin. Par ailleurs, ce gouvernement s’époumone à dire qu’il est légitimement élu, ce qui est vrai. Cependant, les élections ne sont pas le seul lieu de la démocratie! Le peuple est le dépositaire de la démocratie en tout temps et le gouvernement en est simplement son fiduciaire.

Bref, mes pistes de solutions pour le Québec sont : mettre une redevance sur l’extraction, remettre en parti la taxe sur le capital, imposer la taxe sur les transactions financières (taxe Robin des bois) abolir la taxe sur la santé, établir une hausse d’inflation pour les études post-secondaires (2% et non 75%) et instaurer un comité paritaire de gestion des universités (car qui est mieux placé pour défendre la saine gestion que celle qui la paye! Réduire les effectifs administratifs des hôpitaux (selon le député Bonardel, le Québec possède environ 165 000 personnels administratifs pour 135 000 personnels soignants). Il est temps de se réapproprier notre province, de rendre son administration imputable pour les générations futures!

Écrit par un étudiant au baccalauréat en droit qui se veut solidairement lucide!

Éric Audy, DESS en relation de travail, BAA en gestion des ressources humaines et étudiant en droit.

Kingsey Falls

Lieux géographiques: Québec, Grèce

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • ramseb
    24 juin 2012 - 19:19

    M. Audy, j'aurais cru en lisant votre opinion que vous étiez davantage un étudiant ou un prof soit en sociologie, en philo ou voire même en science politique. Il semble que vous avez une idée bien arrêtée sur ce que doit être le Québec dans l'avenir...