«Notre société doit se construire sur des bases d'équité, de solidarité et de gros bon sens»

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

C’est en parlant d’entraide, l’un des thèmes véhiculés par le Parti québécois au cours de la présente campagne électorale, qu’Annie Jean, candidate dans Drummond-Bois-Franc, a identifié de nombreuses mesures qui seront mises de l’avant par sa formation politique pour aider la population en matière de santé familiale et aussi pour bonifier le réseau des CPE.

C'est en compagnie de Jocelyn Gagné, conseiller municipal de Drummondville, qu'Annie Jean à parler d'entraide devant ses partisans.

Madame Jean a rappelé aux électeurs de sa circonscription que son parti s’engage à abolir la taxe santé de 400 $ par famille ou 200 $ par contribuable, tout en introduisant deux nouveaux paliers d'imposition pour les salariés gagnant plus de 130 000 $ et plus de 250 000 $. Elle a également mentionné que le PQ compte accélérer le développement de groupes de médecine familiale dans le but d’assurer l'accès à un médecin à tous les Québécois, et ce, à l'intérieur d'un premier mandat.

À ce sujet, madame Jean a affirmé que «quand on connaît la complexité du réseau de la santé, l'engagement du Parti québécois est réaliste et de «gros bon sens», comparativement à celui de la CAQ, qui promet un médecin pour tous dans un délai d'un an». Elle a ajouté qu’affirmer cela, c'est «faire preuve d'un manque total de sérieux et de rigueur».

Les aînés et leurs familles ont droit au respect

Elle a aussi fait part que le Parti québécois adoptera une véritable politique de soins à domicile pour les aînés qui s’appuiera notamment sur la mise en place d’un réseau d’entreprises en économie sociale.

À ce sujet, madame Jean a mentionné que «favoriser le maintien à domicile, c'est favoriser une meilleure santé physique et mentale de nos aînés, c'est les respecter, c'est respecter les familles qui prennent soin des leurs». À cet effet, elle s'est engagée à travailler de concert avec la communauté de Drummond-Bois-Francs pour mettre en place un véritable réseau de soins à domicile à coûts raisonnables.

Un répit pour les jeunes familles

Quant aux parents ayant des enfants de 5 à 16 ans, ils ne seront pas en reste en matière de santé puisqu’elle mentionne que le PQ permettra aux familles dont le revenu annuel est de moins de 130 000 $ de bénéficier d’un crédit d'impôt de 500 $ pour chaque enfant inscrit à des activités sportives, dans le but de les encourager à aller de l’avant dans cette saine pratique.

Madame Jean s’est aussi prononcée sur le dossier de la construction du centre enfant-famille de Drummondville, affirmant «qu'il a connu quelques délais administratifs, mais que tout se déroule normalement». Elle s’est par ailleurs engagée «à assurer un suivi particulier pour que ce dossier s'accélère», une fois portée au pouvoir.

D’autres engagements pour la famille

Annie Jean a également rappelé la promesse du PQ de compléter le réseau des CPE dans un premier mandat et d'intégrer des congés familiaux à l’intérieur de la Loi sur les normes du travail. La candidate dans Drummond-Bois-Francs s’est ensuite engagée à appuyer tous projets de service de garde qui permettront de répondre aux besoins des familles de la communauté de DBF, particulièrement des familles défavorisées.

Elle a affirmé que «les services de garde permettent aux enfants en bas âge de se socialiser très tôt et de bénéficier d'activités de stimulation cognitive qui favorisent leur intégration à l'école et un meilleur apprentissage.» Elle a ensuite soutenu que, à terme, «les CPE sont un investissement dans la réussite éducative de tous nos enfants». Elle a de plus promis de travailler en vue d'assurer une augmentation des subventions aux organismes communautaires, particulièrement les organismes de soutien aux familles.

Organisations: Parti québécois

Lieux géographiques: Drummondville

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Jacques
    16 août 2012 - 06:43

    Encore plus de place pour les bs et moins pour les travailleurs.