Le père du bronze honoré

Steven Lafortune
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Gérard Bélanger a reçu un bel hommage, vendredi soir, à Inverness. Celui que l’on surnomme «le père du bronze» a maintenant un buste à son effigie à la Fonderie d’art, qu’il a fondée il y a 25 ans.

Devant quelques dizaines de convives, l’actuel propriétaire de la fonderie, Emmanuel Descoutiéras, a voulu remercier l’artiste pour tout ce qu’il a apporté depuis un quart de siècle. «En premier lieu, c’est grâce à lui si je suis ici, car sinon je serais probablement en France. Gérard a entraîné avec lui l’économie du village et il a changé le portrait d’Inverness, qui s’est tournée vers la culture et le bronze.»

La statue, juchée sur un imposant podium, comprend aussi une plaque commémorative, dépeignant en quelques lignes son histoire ainsi que la création de la fonderie.

À la suite de ce dévoilement, M. Bélanger a déclaré quelques mots sur cet hommage, qu’il a qualifié «d’une grande gentillesse» qui le touchait profondément. Il a exprimé sa reconnaissance envers Emmanuel et sa mère, Anne Renard, pour leur soutien. «Ils m’ont aidé à réaliser mes rêves depuis 28 ans et, actuellement, la fonderie existe et elle est parmi les meilleures. Les gens qui ont travaillé avec nous ont consacré beaucoup de temps à s’améliorer et à comprendre, ce qui a fait que nous avons coulé des idées et des pièces immenses. À présent, qu’Inverness soit le fleuron culturel pour les années à venir», a-t-il souhaité.

Un Slovaque derrière cette réalisation

Le sculpteur derrière l’œuvre est Jan Stohl, qui a pris un mois et demi pour confectionner le buste en bronze représentant Gérard Bélanger. C’est d’ailleurs avec minutie qu’il a réalisé cette pièce. «Si on ne prend pas de recul, on perd son objectivité et cela n’est plus aussi pertinent», a-t-il déclaré.

L’artiste, originaire de la Slovaquie, a confié qu’il a eu carte blanche pour façonner cette sculpture. «Cela va avec sa personnalité, puisqu’il est expressionniste. Ma liberté était donc plus grande», a-t-il affirmé.

Un homme comblé

Pour sa part, celui à qui on rendait hommage a pris cette distinction avec un brin d’humour. «C’est plaisant, car d’habitude, on réserve ce genre de célébration à des gens qui sont morts!», s’est-il exclamé.

Néanmoins, il se dit satisfait de tout ce qu’il a accompli. «Je suis fier d’avoir fait de la Fonderie d’art d’Inverness l’un des plus grands centres de fonderie au Canada. Ici, personne ne savait le métier. Cela a été un immense, mais surtout, un agréable défi», a commenté l’artiste, qui compte plus de 600 œuvres vendues à travers le monde.

Lieux géographiques: Inverness, France, Slovaquie Canada

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires