Des photos à découvrir avec «Identité : corps et territoire»

Manon
Manon Toupin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L'artiste Sophie Chabot présente, jusqu'au 1er novembre, à la galerie d'art du cégep de Victoriaville, une exposition intitulée : «Identité : corps et territoire».

Il s'agit de séries de photographies qui relatent bien le parcours artistique de Sophie. La Victoriavilloise a choisi de présenter son travail des dernières années. L'artiste est bien heureuse de pouvoir montrer ses photos dans ce cégep qu'elle a fréquenté il y a quelques années et où elle expose pour une première fois.

Sa recherche en photographie ainsi qu'en estampe numérique démontre bien l'importance qu'elle porte à l'union entre l'être humain et la planète. Le sentiment d'appartenance à la Terre.

Les œuvres choisies pour cette exposition (présentée en collaboration avec le Grave de Victoriaville) démontrent une complicité entre les deux éléments et le soin que prend l'artiste à bien le présenter.

À travers l'objectif de sa caméra, elle vient capter le corps et l'environnement sous différents angles. D'ailleurs, la récurrence et la thématique corporelle dans son travail viennent le faire ressortir comme un médium, porteur d'un message.

Elle n'hésite pas, non plus, à juxtaposer différentes images afin de faire de ses photos, des estampes numériques qu'elle peut ensuite reproduire. Elle pige à travers une banque d'image qu'elle a déjà afin d'en faire des œuvres «récupérantes».

Au départ, ses photos étaient strictement en noir et blanc et elle développait elle-même ses images. «Il y avait alors davantage de contrastes», a-t-elle expliqué lors du vernissage devant des élèves lundi après-midi.

Par la suite, elle s'est intéressée à la texture et maintenant, avec le numérique, elle recherche les complémentarités.

Infirmière de métier, Sophie a choisi de reprendre les études en arts plastiques afin de combler ce désir de création qui l'habite. «Il me manquait quelque chose. Je ne pouvais m'imaginer une vie complète d'infirmière», souligne-t-elle.

Elle souhaiterait même pousser plus loin et étudier l'art-thérapie afin de réunir l'aspect relationnel et artistique.

Sa technique de travail fait en sorte qu'elle passe autant de temps derrière son appareil photo que derrière l'écran de son ordinateur. Que ce soit derrière l'un ou l'autre, elle crée tout simplement. Pour elle l'appareil photo devient un moyen de communication entre le monde, l'autre et l'artiste.

Le regard du spectateur sera dirigé en lien avec l'expression corporelle et l'ambiance lumineuse. Les tableaux témoignent donc que le corps et l'environnement se présentent comme une expérience éphémère.

En plus du cégep de Victoriaville, Sophie Chabot présente son travail du côté du Carrefour de l'Érable à Plessisville. Elle participera aussi, en novembre au Salon des arts des Bois-Francs.

On a déjà pu apprécier ses œuvres du côté de l'exposition «Éros l'exposition qu'on touche» au Musée du bronze d'Inverness et participé au collectif de femmes artistes «Cafee Inn».

Organisations: Grave de Victoriaville, Musée du bronze d'Inverness, Cafee Inn

Lieux géographiques: Victoriaville, Carrefour de l'Érable, Plessisville Bois-Francs

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires