Pierre Lemire, en toute simplicité

Steven Lafortune
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Accompagné de son piano, Pierre Lemire a réussi un tour de force en transportant son auditoire dans son univers envoûtant et émouvant, dimanche, à la vélogare.

L’artiste, qui a joué pendant une heure, a puisé dans les classiques de films et de jazz pour construire son répertoire. Les amateurs, qui avaient rempli la vélogare pour l’occasion, ont été attentifs tout au long du récital du pianiste.

Un moment touchant a d’ailleurs eu lieu lors de la toute dernière pièce de son programme. Interprétant «Une chance qu’on s'a» de Jean-Pierre Ferland, les spectateurs se sont mis à chanter les paroles au fil des notes. À la fin de cette œuvre, il a reçu une ovation généreuse et chaleureuse. Dépassé par la vague d’appréciation, il a accordé une dernière chanson à son public, complètement ravi du spectacle.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires