«Le blues, ça se joue avec les tripes»

Steven Lafortune
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

À peine sortit des planches en première partie du guitariste et chanteur Anthony Gomes, le groupe de blues victoriavillois Hard Again flottait sur un nuage, jeudi soir, après avoir donné une prestation d’environ 45 minutes énergique et émotive, au parc Terre-des-Jeunes.

Hard Again, un quatuor de Victoriaville, a conquis de nombreux partisans avec une prestation énergique et émotive, jeudi au parc Terre-des-Jeunes, dans le cadre du Festival de blues.

«On pense déjà à la prochaine fois!», s’est exclamé le batteur Jean-François Gravel. «La foule a embarqué rapidement et ça été plaisant de jouer sur un super site unique. Nous sommes vraiment chanceux», a ajouté le guitariste, Éric Organde.

Le quatuor, complété par Éric Hamel à l’harmonica et de Éric Veilleux à la basse, c’est la passion du blues qui fait la force au sein de la formation. «Le blues, ça se joue avec les tripes et le cœur. Tu y mets toute ton émotion et chaque fois que tu pratiques un morceau, il ne sonnera jamais pareil, car ton humeur ne sera jamais la même», a confié Organde.

Sur une bonne lancée

D’ailleurs, les affaires vont bon train pour le groupe des Bois-Francs. Ils ont remporté, le mois dernier, un concours qui leur permettra de monter sur la scène principale du Trois-Rivières en blues, qui se tiendra du 23 au 26 août prochain. «Nous sommes bien fiers du résultat. On ne le fait pas pour la gloire, mais ça fait toujours un petit velours», a répondu Gravel.

La bonne étoile semble aussi être de leur côté, si on se fit aux dires de Veilleux. «Nous sommes venus souvent au Festival de blues et j’avais dit comme cela l’an passé que nous y serions l’an prochain… et nous y voilà!», a-t-il lancé.

Outre Trois-Rivières en blues, Hard Again sera aussi en spectacle jeudi à la Place Saint-Frédéric à Drummondville ainsi qu’au Pavillon Arthabaska le 16 août.

En hibernation pour l’hiver

Constitué que de reprises de Robert Johnson et même de Muddy Waters, dont le nom du groupe, «Hard Again», provient d’un album de ce géant du blues, paru en 1977, les membres ne semblent pas pressés d'incorporer du matériel original dans leur spectacle. «On va passer l’été et l’automne et on va peut-être revenir avec quelque chose au printemps. Dans le pire des cas, on sortira des compositions lorsque ce sera le temps», a affirmé Hamel.

Dans la même veine, Éric Organde précise qu’au départ, «nous sommes des parents qui ont des emplois et on est des chums de gars qui s’éclatent en jouant du blues. Peut-être qu’un moment donné, nous allons nous asseoir et composer, mais pour l’instant, nous avons juste envie de nous produire devant une foule», a-t-il conclu.

Organisations: Groupe des Bois-Francs

Lieux géographiques: Trois-Rivières, Place Saint-Frédéric, Drummondville

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires