«Ten freedom summers», l’héritage historique de Wadada Leo Smith

Steven Lafortune
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

À 70 ans bien sonnés, Wadada Leo Smith aurait bien pu vivre des jours paisibles grâce à son impressionnante carrière de trompettiste qui couvre 40 années et 35 albums. Cependant, il était très fier de venir présenter en conférence de presse samedi matin son tout dernier opus, «Ten freedom summers», au Festival international de musique actuelle de Victoriaville.

Wadada Leo Smith a pris quatre ans pour concrétiser l'album «Ten freedom summers», qui relate la période des droits civiques des Noirs aux États-Unis dans les années 50 et 60.

Cette fresque ambitieuse, qui s’étend sur 21 mouvements, quatre disques et plus de quatre heures de musique, relate une période bien particulière pour lui, c’est-à-dire la lutte des droits civiques des Noirs aux États-Unis au milieu des années 50 et 60. «C’est d’ailleurs l’œuvre la plus importante de ma vie. Elle m’a demandé beaucoup de concentration. Cela a pris quatre ans pour tout rassembler cette musique, dont j’ai terminé la composition en octobre dernier», a expliqué le musicien originaire du Mississippi.

Répartit en trois collections, soit «Defining moments in America», «What is Democracy?» et «Ten freedom summers», on retrouve sur ce disque des pièces qui rendent hommage à de grands personnages qui ont façonné cette période, notamment John Fitzgerald Kennedy, Martin Luther King et Lyndon Baines Johnson. De plus, des morceaux rappelant des évènements comme l’Acte des Droits civils de 1964, le 11 septembre 2001 ainsi que le boycottage des bus de Montgomery du 5 décembre 1955 au 21 décembre 1956 figurent aussi parmi les titres de ce projet.

Puiser dans ses souvenirs

Produit pour la première fois dans son intégralité avec son Golden Quartet et l’ensemble de musique de chambre Southwest Chamber Music à Los Angeles, dans un concert s’étalant sur trois jours, Wadada Leo Smith laisse en héritage un véritable pan de l’histoire américaine. «D’aussi loin que je me souvienne, je me suis toujours demandé ce que je pouvais apporter comme contribution qui pourrait changer le courant des choses. Je n’ai pas de haine envers tout ce qui m’est arrivé. Je n’ai pas la peur, mais l’amour, et je suis très bien avec cela», a-t-il déclaré.

Avec «Ten freedom summers», celui qui baigne dans les genres avant-gardiste et improvisation libre avait toutefois un but bien précis lors de l’écriture de cette œuvre. «C’est surtout par rapport au portrait psychologique au moment de l’évènement. Je voulais démontrer comment j’ai vécu tout cela en dévoilant mes sentiments. J’ai replongé dans mes souvenirs qui sont ancrés au plus profond de moi pour y arriver», a-t-il avoué, se rappelant du même coup des bribes de souvenirs jaillissant de la mort de JFK.

Des projets futurs?

Durant les deux prochaines années, Wadada Leo Smith parcourra le monde avec «Ten freedom summers». Il n’interprétera en outre que des pièces tirées de celui-ci.

Cependant, quelques projets trottent dans son esprit. «Je suis intéressé par les Grands Lacs, dont je regarde depuis de nombreux documentaires sur le sujet depuis quelques mois. Aussi, des gens m’ont approché pour écrire sur la Marche vers Washington pour le travail et la liberté, où Martin Luther King a délivré son fameux discours «I have a dream». Cette allocution fêtera son 50e anniversaire le 28 aout 2013, alors je suis en processus de composition pour cette date historique», a-t-il annoncé.

Pour les intéressés, il se produira sur les planches du Colisée Desjardins ce soir (samedi) à 22 h. Le coût du billet est de 36 $.

Organisations: Southwest Chamber Music

Lieux géographiques: America, Mississippi, Los Angeles Lacs La Marche Washington

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires