Dépendant du sucre? Oui… non… peut-être

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

En caravane allons à la cabane. Oh! Eh oh! On n’est jamais de trop pour goûter au sirop, pour goûter au sirop d’érable. Eh! bien oui le temps des sucres arrive à grands pas. Et, les paroles de cette chanson nous ramènent à des souvenirs sucrés. C’est le temps pour chacun de nous de se sucrer le bec et d’apprécier les gâteries à l’érable. Mais le reste de l’année, y allons-nous un peu trop fort avec le sucre? Est-ce possible même de développer une dépendance face à celui-ci?

(photo d'archives)

La dépendance se caractérise par une envie irrésistible de consommer une substance même si on la sait néfaste pour soi, par un besoin d’augmenter la dose due à la tolérance au produit, par des symptômes de sevrage à la suite de la cessation brusque de la consommation. Il y a aussi la dépendance physique où c’est le corps qui réagit, et la dépendance psychologique, où c’est la tête qui en redemande. Pouvez-vous résister à une truffe au chocolat? Si vous êtes un gros buveur de boissons gazeuses, seriez-vous capable d’arrêter totalement votre consommation du jour au lendemain?

L’important n’est pas de déterminer à tout prix si le sucre fait partie des substances additives, même les chercheurs ne s’entendent pas sur la question. Ce qui est primordial, par contre, c’est de prendre conscience de notre consommation de sucre quotidienne. En consommons-nous plus que nous le pensons? Voici donc quelques astuces pour ne pas subir les effets néfastes du sucre.

Premièrement, pour ceux qui subissent des hausses et des baisses de sucre dans leur corps, Hélène Baribeau, nutritionniste de passeportsante.net, recommande, afin d’éviter l’hypoglycémie réactive, de stabiliser le taux de glucose dans le sang. De cette façon, l’énergie reste constante tout au long de la journée. Cela peut se faire, par exemple, en mangeant trois repas équilibrés par jour, comprenant au moins trois des quatre groupes alimentaires, en prenant trois collations santé environ deux heures après les repas, assez tôt pour ne pas ressentir la baisse d’énergie, en privilégiant les protéines et les fibres ainsi qu’en limitant la consommation d’alcool et d’excitant.

D’autres trucs, pour diminuer sa consommation de sucre, tirés de l’article : Addiction au sucre : existe-t-il une dépendance au sucre, serait de :

-Couper de moitié le sucre indiqué dans les recettes ou encore utiliser des fruits séchés ou des compotes de fruits pour sucrer.

-Lire les étiquettes alimentaires et ne pas acheter d’aliments où le sucre, sous n’importe quelle forme, se retrouve parmi les cinq premiers ingrédients.

-Boire un jus 100% pur au lieu d’un «cocktail» ou d’un «punch».

-Faire son propre thé glacé sans sucre ou encore sa boisson gazeuse en mélangeant du jus et de l’eau gazéifiée.

-Cuisiner soit même ses repas au lieu d’acheter des aliments préparés.

-Tenir un journal alimentaire de sa consommation de sucre. Cela peut révéler bien des surprises.

-Réduire sa consommation d’édulcorants artificiels pour ne pas entretenir le goût du sucre.

-Mettre les sucreries loin des yeux.

-Pour une note sucrée à la fin du repas, réintroduire les fruits et les yogourts.

En regardant la situation de plus près, plusieurs faits sont alarmants. Il s’avère en effet que plus nous ingérons de sucre, plus notre corps en redemande et cela de deux façons. Premièrement, nos papilles gustatives s’habituent à ce goût sucré, ce qui nous amène à augmenter la quantité de sucre dans nos mets pour que ceux-ci nous paraissent délicieux. Soit nous rajoutons nous même ce sucre dans nos recettes ou soit l’industrie alimentaire s’en charge pour nous et nous nous y habituons. Les boîtes de céréales sont un bon exemple de produit contenant souvent une quantité incroyable de sucre.

Deuxièmement, certaines personnes souffrent d’hypoglycémie réactive ce qui veut dire que lorsqu’ils mangent une grande quantité de sucre en peu de temps, leur taux de glucose (de carburant) augmente au-delà du niveau normal. À la suite de cette montée rapide, vient une chute tout aussi rapide, où le taux de glucose redescend en dessous du niveau normal. La personne se retrouve donc en état de manque de sucre et son premier réflexe est de se précipiter sur celui-ci en mangeant, par exemple, un gâteau, une barre de chocolat, une boisson gazeuse, etc. Le manège se perpétue donc sous la forme de montagne russe, en hausse et en baisse de sucre, mais sans atteindre un état stable.

Aussi, des données de recherches intéressantes circulent sur Internet au sujet de la dépendance au sucre. Vous pouvez consulter la liste des liens et des références en bas de l’article pour plus d’informations. Il y a, entre autres, cette expérience réalisée par des chercheurs à l’aide de rats. Ces animaux ont été nourris avec de l’eau sucrée pendant plusieurs jours consécutifs. Lorsque les rats ont cessé d’avoir accès à cette eau sucrée, ils ont vécu plusieurs symptômes de sevrage tels que le claquement de dents et les tremblements.

En conclusion, en ce temps des sucres, nous pouvons nous réconcilier avec le sirop d’érable qui a des propriétés bien supérieures au sucre granulé traditionnel. En effet, le sirop d’érable fournit plusieurs minéraux essentiels tels que le manganèse, le calcium, le potassium, le fer, le zinc et le magnésium. Il contient aussi moins de calories que le miel ou le sirop de table. Enfin, le sirop d’érable est maintenant reconnu pour ces propriétés antioxydantes et son potentiel antimutagène. Alors sucrez-vous le bec, mais avec modération!

Saviez-vous que, selon l’article : Le mal du sucre a encore frappé, dans les années 1700, la consommation annuelle de sucre par personne était de 2 kilos. Celle-ci a augmenté à 8 kilos en 1800, à 38 kilos en 1900, à 48 kilos en 1933, à 55 kilos en 1970 et serait, de nos jours, augmentée à 90 kilos de sucre par personne par année!

L’équipe de l’Unité Domrémy de Plessisville inc.

1595, avenue Saint-Louis, Plessisville (Québec) G6L 2N1

819 362-8646

Sites à consulter pour plus d’informations :

Visionner sur tou.tv l’épisode 25 de l’émission l’Épicerie intitulé : Dépendance au sel, au gras et au sucre.

Article : Accro au sucre?

http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/ArticleComplementaire.aspx?doc=sucre_dependance_do#P22_1278, page consultée le 15 mars 2011.

Article : Hypoglycémie : diète spéciale.

http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/Dietes/Fiche.aspx?doc=hypoglycemie_diete, page consultée le 15 mars 2011

Article : Sirop d’érable

http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=sirop_erable_nu , page consultée le 15 mars 2011.

Article : Actualités santé. Addiction au sucre : existe-t-il une dépendance au sucre?

http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=326 , page consultée le 15 mars 2011.

Article : La dépendance au sucre

http://translate.google.ca/translate?hl=fr&langpair=en%7Cfr&u=http://en.wikipedia.org/wiki/Sugar_addiction , page consultée le 15 mars 2011.

Article : Dépendance au sucre

http://www.sanssucre.org/index.php?option=com_content&task=view&id=9&Itemid=29, page consultée le 15 mars 2011.

Article : Régime – Dépendance au sucre : mythe ou réalité?

http://fr.healthnews.com/regime-et-dietetique/minceur-et-regime/alimentation-la-dependance-au-sucre-mythe-ou-realite-1235.html, page consultée le 15 mars 2011.

Article : Le mal du sucre a encore frappé…

http://www.ateliersante.ch/sucre.htm, page consultée le 15 mars 2011.

Organisations: P22

Lieux géographiques: Lire, Avenue Saint-Louis, Plessisville Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires