Le ministre Moore brise sa promesse

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Ce n'est pas lui qui décide

James Moore, le ministre qui répond au parlement pour Radio-Canada, était bien clair le 3 mai, le jour après les dernières élections.

Pas question de couper une seule cenne du budget de Radio-Canada. Pas question de réduire le financement d'aucune façon.

Moore n'avait pas ménagé ses paroles ce jour-là. Il voulait que la population sache qu'elle pouvait le prendre à sa parole.

« Nous croyons au radiodiffuseur public, a dit Moore. Nous avons dit que nous allons maintenir ou accroître le soutien pour la Société Radio-Canada. »

Moore est allé faire son engagement solennel sur les ondes de Radio-Canada à Vancouver.

Ça c'était l'an dernier. Aujourd'hui c'est maintenant.

Tout a changé.

La semaine dernière, dans son budget, le gouvernement conservateur a coupé le « soutien » pour Radio-Canada de 115 millions $ -- la plus grande coupure dans l'histoire du télédiffuseur national.

Pas d'excuse, pas d'explication.

Ce n'est pas Moore qui a menti; c'est Stephen Harper qui a décidé autrement. Quand il coupe. . . . il coupe! Peu importe ce qu'un ministre aurait promis en ondes.

Un qui aura raison d'être heureux, c'est bien Pierre-Karl Péladeau. Ça fait longtemps qu'il prêche que Radio-Canada reçoit trop d'argent du gouvernement.

Péladeau est en guerre ouverte contre Radio-Canada, son principal concurrent dans la télédiffusion en langue française au Canada.

Et la promesse de Moore? Eh bien, Moore est jeune. Il apprendra que peu importe ce qu'il promet, c'est Harper qui mène.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires