La fin d’une histoire…

Carol
Carol Isabel
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Pour l’ex-hôpital Saint-Julien

La tenue des élections provinciales n’a pas repoussé le début des travaux de démolition de l’ancien hôpital Saint-Julien qui a commencé à crouler sous le pic des démolisseurs.

Lors de notre passage à Saint-Ferdinand jeudi, des dizaines de personnes regardaient disparaître les premiers pans de murs du vaste complexe hospitalier qui a vu le jour en 1870 et qui a déjà accueilli jusqu’à 1 500 patients simultanément. L’établissement n’accueille plus aucun patient depuis 2003.

Un homme, qui nous a dit avoir œuvré dans l’ancien hôpital pendant une trentaine d’années, était là prenant quelques photos avant de jeter un dernier regard qui en disait long sur sa peine de voir s’écrouler un établissement dont l’histoire est étroitement liée à celle de son village. Quelques instants plus tard, nous apprenions qu’il s’agissait du docteur Picard.

Une résidente de la rue Des Prés Fleuris assistant religieusement à la démolition se disait aussi peinée. «Peut-être pas pour la vieille partie, mais pour les autres bâtiments, il y aurait pu avoir réutilisation», croit-elle en ajoutant qu’elle n’avait pas hâte que tout soit défait. «Ça va créer un immense vide.»

Luc Tanguay était aussi un spectateur attentif puisqu’il a été infirmier à l’hôpital Saint-Julien pendant 25 ans, et ce, jusqu’en 1993. Ce dernier déplore que des candidats aient laissé miroiter durant la campagne électorale qu’ils pourraient le conserver. «C’est quoi l’idée de le garder debout quand il est déjà à moitié démoli. Mais c’est évident qu’on aurait pu lui donner une deuxième vie dans la santé, un peu comme on a fait avec la construction de résidences à Thetford Mines et Plessisville.»

Gérard Marcotte, âgé de 76 ans, est né à Saint-Ferdinand, y a grandi et y demeure toujours. Il a travaillé à la construction de la nouvelle partie en 1952, et ce, pendant trois ans et demi. Lui aussi affirme que le gouvernement aurait pu continuer à utiliser l’édifice. «Mais ici à Saint-Ferdinand, on est habitué à ça la démolition. Il y a eu la manufacture de traîne sauvage, les deux anciens collèges des Frères des écoles chrétiennes (site du Domaine Fraser et des écoles primaires) et la Maison du Sacré-Cœur (site de la marina actuel).»

Rappelons que la Société immobilière du Québec a accordé le contrat de démolition à l’entreprise Beausite Métal d’Asbestos pour la somme de 6,4 millions $. Six pavillons du complexe seront démolis et sept seront conservés. Des travaux d’enlèvement d’amiante ont été prévus dans certains bâtiments à démolir. Le délai de réalisation des travaux est d’une durée de 12 mois.

Organisations: Maison du Sacré-Cœur, Société immobilière du Québec, Beausite Métal d’Asbestos

Lieux géographiques: Saint-Ferdinand, Ex-hôpital Saint-Julien, Rue Des Prés Fleuris Plessisville Domaine Fraser

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires