Chronique retraite bnc.ca/retraite - Chronique N°19

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le CELI et ses avantages

  Le 1er janvier 2009, le gouvernement canadien proposait un nouveau plan d'épargne aux particuliers : le compte d'épargne libre d'impôt (ou CELI). Depuis, on le qualifie souvent comme un instrument méconnu ou sous-utilisé. Il s'agit pourtant du plus important moyen d'épargne personnelle depuis l'instauration du REER, alors comment en faire bonne utilisation ?

René Bellemare: Conseiller en placement

 

Puisque le CELI constitue également un instrument d'épargne libre d'impôt, ses caractéristiques sont souvent confondues avec celles du REER. Le fait qu'on peut investir les mêmes placements dans ces deux types de compte, par exemple des certificats de placement garanti, des fonds communs de placement ou des dépôts à terme, peut aussi porter à confusion. Cependant, le CELI fonctionne de manière bien différente : alors que les sommes retirées d'un REER sont imposables, les retraits d'un CELI peuvent être effectués en tout temps sans être assujettis à l'impôt. Pour cette raison, il constitue un excellent moyen d'épargne pour divers projets à court ou moyen terme, tels l'achat d'une maison et les voyages. Toutefois, contrairement au REER, les cotisations au CELI ne sont pas déductibles du revenu imposable.

 

Le CELI peut s'avérer une source de revenu de retraite avantageuse pour certains individus. En effet, ni les revenus générés dans ce compte ni les retraits qui y sont effectués n'influencent les montants des prestations et des crédits fondés sur le revenu, par exemple les prestations de la Sécurité de la vieillesse et le Supplément de revenu garanti. Par ailleurs, les gens ayant déjà atteint la contribution maximale au REER peuvent y déposer des sommes supplémentaires afin d'en tirer un revenu de retraite à l'abri de l'impôt.

 

Depuis qu'il a été créé, les cotisations au CELI peuvent atteindre 5 000 $ par année, et les cotisations inutilisées peuvent être reportées aux années suivantes. Cela représente une possibilité de cotiser jusqu'à 20 000 $ si vous n'avez jamais contribué au CELI ! Mentionnons à ce sujet que tout retrait du CELI crée un nouveau droit de cotisation du même montant l'année suivante. Par exemple, si vous avez retiré 500 $ de votre CELI en 2011, vous pouvez à nouveau contribuer pour 500 $ en 2012, sans compter le droit de cotisation de base de 5 000 $ et les droits inutilisés les années précédentes, s'il y a lieu.

 

Le CELI présente donc plusieurs avantages. Cependant, il n'est pas toujours évident de choisir les placements à y inclure. Pour vous faciliter la tâche, n'hésitez pas à faire appel à un conseiller : il pourra vous aider à développer une stratégie adaptée à vos besoins en épargne.

 

René Bellemare

Conseiller en placement

Financière Banque Nationale

Organisations: Chronique retraite Banque Nationale

Lieux géographiques: REER

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page