Fureter sans fil, sans frais… dans certaines zones de Victo

Hélène
Hélène Ruel
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les utilisateurs de téléphones intelligents et de tablettes numériques, des gens d'ici comme des touristes, devraient apprécier cette nouvelle connexion sans fil… et surtout sans frais qui leur permettra de fureter sur le Web à partir de certains secteurs du territoire de Victoriaville.

Normand Robert, coordonnateur de Centre-du-Québec sans fil, et le maire Alain Rayes se serrent la main. Au centre, Denis St-Louis. Et derrière eux, une carte montrant la zone Wi-Fi au centre-ville.

Le projet de créer une zone Wi-Fi avait déjà été annoncé par la Ville, au moment où elle présentait sa planification stratégique.

Il est en partie réalisé, huit antennes ont été installées par Centre-du-Québec sans fil (CQSF), un organisme à but non lucratif créé il y a cinq ans.

Les antennes ont été installées à l'extérieur et parfois à l'intérieur de bâtiments municipaux : à l'Hôtel de ville, à la Vélogare, au Colisée Desjardins, au Pavillon Arthabaska et au réservoir Beaudet. La zone devrait s'élargir bientôt autour de la piscine Édouard-Dubord et au Pavillon Jean-Béliveau.

Au centre-ville, par exemple, la zone de connexion se situe dans le quadrilatère formé par les rues Notre-Dame, DeBigarré et Perreault. Avec son téléphone intelligent, un touriste pourrait, par exemple, chercher un restaurant de Victoriaville.

«Tout le monde est sur le Web!», dit le maire Alain Rayes et Victoriaville se devait d'aller dans cette voie. S'il n'en tenait qu'à lui, la zone Wi-Fi couvrirait l'ensemble du territoire victoriavillois.

La Ville a investi 9 500 $ pour l'implantation des points d'accès et paiera à l'organisme un abonnement annuel de 50 $ par antenne.

Cette connexion donne accès à un service de base et ne remplace aucunement les services offerts aux commerçants et aux résidants par des fournisseurs d'Internet, a précisé Denis St-Louis, coordonnateur de la Division génie et informatique de la Ville de Victoriaville.

Centre-du-Québec sans fil ayant limité à 4 gigaoctets par point d'accès et par adresse (10 maximum par semaine) l'usage que l'on peut en faire; il sera difficile de télécharger des vidéos! Et comme le système fonctionne avec des ondes radio, il est possible que certaines conditions climatiques rendent parfois la navigation plus laborieuse.

Le coordonnateur de l'organisme, Normand Robert, explique qu'à Drummondville où des zones Wi-Fi ont été implantées, on aurait constaté un accroissement du nombre de visiteurs. «C'est un outil et un attrait», croit le maire Rayes.

Centre-du-Québec sans fil a implanté 55 points d'accès (incluant les 8 de Victoriaville) dans des municipalités (comme Drummondvillle, Pierreville, L'Avenir, Sainte-Sophie-de-Lévrard) et dans des établissements publics ou privés. Depuis 2007, le réseau Centre-du-Québec sans fil a vu grimper le nombre de ses visites, de 696 à 40 018 à la fin de 2011.

Organisations: Ville de Victoriaville

Lieux géographiques: Zone Wi-Fi, Victoriaville, Colisée Desjardins Réservoir Beaudet Drummondville

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • 19 août 2013 - 08:53

    ca me fait plaisir de pouvoir utiliser le système centre-du- Québec, que depuis deux semaines, le système centre-du-Québec, fonctionne bien, car je demeure pas loin de chez Loblaws, et j'espère pouvoir l'utiliser longtemps, un gros merci à tout les gens qui ont participé à ce beaux projet, et que tout les gens de Victoriaville et les touristes qui viendront visité notre belle région de pays, pourront en profiter, encore un gros merci, bye bye.