Le ministre Paradis commente certains dossiers

Steven Lafortune
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

De passage à Plessisville vendredi, le ministre et député de Mégantic-l’Érable, Christian Paradis, est venu prendre le pouls de la population. Il a tenu, d’ailleurs, à actualiser certains dossiers, dont celui de la carte électorale.

Christian Paradis, de passage à Plessisville, a commenté certains dossiers, comme celui de la refonte de la carte électorale.

Pour lui, le premier jet apporté par la Commission, qui est de fusionner les circonscriptions de Lotbinière et de Mégantic-l’Érable pour devenir Lotbinière-Mégantic, ne lui plaît guère. «Je pense que réunir ces deux circonscriptions en un seul comté est une erreur. Je crois que ce serait allé à reculons», a-t-il entamé.

Il a déposé, le 9 septembre dernier, un mémoire afin d’exprimer son point de vue. «Étant donné que j’avais des idées assez arrêtées là-dessus, j’ai décidé de faire valoir mon point de vue. J’ai expliqué pourquoi c’était erroné de procéder de la sorte. Je comprends qu’il existe certaines contraintes au niveau de la population, mais je crois qu’il est possible de regarder vers l’ouest plutôt que de rallier le nord et le sud, puisqu’il y a plus d’affinités», a-t-il ajouté, en attendant le résultat de la deuxième version.

La loi C-38 fait couler beaucoup d’encre

Le projet de la loi C-38, cette dernière baptisée «Loi sur l’emploi, la croissance et la prospérité durable», a également été au cœur des discussions. Selon M. Paradis, il fallait une réforme comme celle-ci afin de garder le système d’assurance-emploi viable.

Cette loi, comme il le précise, n’est pas une mesure pour inciter les gens à rester chez eux, mais plutôt le contraire. «Nous avons mis en place des mesures incitatives afin de pousser les personnes à retourner au travail. On ne s’attaque pas aux travailleurs, mais préférablement au problème.»

Il a mentionné qu’à Plessisville, des entreprises menacent de fermer parce qu’elles ne dénichent pas de main-d’œuvre. Il a aussi renchéri qu’il existe des programmes de reclassification pour des travailleurs qui veulent se trouver un emploi qui n’est pas dans leur champ d’expertise.

Avec ces normes, le ministre de l’Industrie et ministre d’État de l’Agriculture croit que cela va régler une partie de cette pénurie. «Ce que l’on dit, c’est qu’il y a un problème de manque de main-d’œuvre ainsi qu’un système d’assurance-emploi qui est trop coûteux. C’est donc notre rôle, en tant que gestionnaire des fonds publics, de s’assurer que ce système est viable et qu’il y a des incitatifs pour les gens sans emploi qui aimeraient retourner sur le marché du travail.»

Devant la justice le 6 mars

Finalement, il est revenu sur la poursuite de 150 000 $ qu’il a adressée à Guy Caron, le député néo-démocrate de Rimouski, pour ses allégations de propos diffamatoires à son égard.

Ne voulant pas s’éterniser sur le sujet, il a lancé que le sort de cette discorde est entre les mains des juges, où il sera entendu le 6 mars. «Je n’en parle pas beaucoup dans les médias, comparativement à lui. Je lui ai offert de se rétracter et il a refusé, je lui ai envoyé une mise en demeure et il n’a pas changé d’avis, alors j’ai pris des mesures judiciaires. Il a franchi une limite et je n’ai d’autre choix que d’aller en justice, pour défendre mon intégrité et ma réputation.»

Les secteurs manufacturiers et agricoles ciblés à Plessisville

Plus près de chez nous, Christian Paradis a affirmé qu’il n’y avait pas de dossiers étiquetés «majeurs» dans l’Érable, mais qu’il surveillait les secteurs manufacturiers et agricoles. «Dans l’agriculture, la grande question posée est au sujet du libre-échange et de la gestion de l’offre. Dans le manufacturier, notre gouvernement met l’accent sur l’innovation, car il faut améliorer notre productivité. Il faut être plus compétitif et, pour cela, il faut investir dans l’innovation et dans la machinerie plus performante», a souligné le ministre de l’Industrie. Il a par le fait même rencontré, lors de sa visite, le maire de Plessisville, Réal Ouellet, pour avoir une meilleure idée des enjeux. Sans entrer dans les détails, il s’est renseigné sur les orientations et la croissance économique et industrielle de la Ville. Il conclut en avouant qu’il voulait en savoir simplement davantage afin de mieux arrimer ses efforts au sujet des investisseurs qui souhaiteraient s’établir dans cette municipalité de l’Érable.

Lieux géographiques: Plessisville Plus, Lotbinière, Rimouski Municipalité de l’Érable

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • André Lainé - Plessisville
    12 octobre 2012 - 23:01

    J'aimerais demandé à M.Paradis pourquoi tous les députés con- servateurs ont votés contre le projet de loi déposé au mois de mars dernier concernant l'amélioration des prestations de chômage aux personnes au prise avec une maladie grave. Ils ont payés toute leur vie et n'ont droit qu'à 15 semaines de prestations! Ils aimeraient bien travaillés mais!!!