De l'action pour les pompiers

Claude Thibodeau
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les pompiers de Victoriaville ont eu plusieurs sorties, samedi, répondant à, au moins, quatre appels d'intervention, des feux de platebande, un feu de BBQ et même un gilet enflammé, sans compter un incendie qui aurait pu causer des dommages importants à la Légion royale canadienne au 34, rue Sainte-Marie.

Le lieutenant Dany Beaurivage (Photo d'archives)

Vers minuit, l'intervention des sapeurs est requise à la Légion royale canadienne pour un feu de paillis. À son arrivée, l'officier responsable, le lieutenant Dany Beaurivage apprend la présence de fumée à l'intérieur de l'édifice, ce qui l'amène à déclencher la première alarme, lui qui s'était d'abord déplacé avec les pompiers de garde.

Le feu a réussi à percer le revêtement extérieur, permettant ainsi à la fumée de se faufiler à l'intérieur.

Les sapeurs, dirigés par l'officier, ont pu rapidement prendre le contrôle de la situation.

La journée avait commencé peu après midi quand le lieutenant Luc Girouard s'est rendu, avec ses deux pompiers de garde, au commerce Vidéotron pour un léger début d'incendie dans une platebande, un feu rapidement éteint.

En mi-journée, l'alarme sonne, de nouveau, réclamant cette fois la brigade incendie sur la rue Lise à Victoriaville pour un feu de BBQ sur un patio. «Le premier pompier, arrivé sur les lieux, a pu atteindre le réservoir et interrompre l'alimentation en gaz propane. Les flammes se sont alors éteintes, faisant en sorte que les dommages n'ont touché que l'appareil», a précisé le lieutenant Beaurivage.

Une défectuosité du boyau aurait causé ce début d'incendie.

En soirée, vers 22 h 40, des pompiers, qui venaient de terminer leur quart de travail, avisent le lieutenant Beaurivage d'un début d'incendie dans une boîte à fleurs près du commerce Qualinet de la rue Notre-Dame Est. «La situation a été rapidement maîtrisée. Quant à la cause, il ne peut s'agir, ici, d'un mégot. Nous avons fait appel à la Sûreté du Québec dans ce dossier», a précisé l'officier.

Le lieutenant Beaurivage arrivait à peine à la caserne lorsqu'il a aperçu, sur une rue à proximité, des jeunes qui ont allumé le feu à un gilet. «Deux véhicules, avec des filles à bord, se trouvaient sur les lieux. L'un des véhicules a quitté lorsque je les ai interpellés, mais l'autre voiture n'en a pas eu le temps. Les filles ont expliqué qu'elles avaient agi ainsi en raison d'une frustration causée par un garçon», a confié l'officier au www.lanouvelle.net.

Le lieutenant Beaurivage a quelque peu sermonné les jeunes filles, leur faisant comprendre qu'elles devraient adopter d'autres moyens que le feu pour évacuer leur frustration.

Organisations: Vidéotron, Sûreté du Québec

Lieux géographiques: Rue Lise, Victoriaville, Rue Notre-Dame Est

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires