«On va se relever»

Carol
Carol Isabel
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le maire Gilles Fortier s’attendait à cette décision

Le maire de la Ville de Princeville, Gilles Fortier, n’est pas tombé à la renverse en apprenant la décision d’Olymel de ne pas reconstruire son usine de fabrication de bacon.

Le maire Gilles Fortier ne remet pas en doute la décision prise par Olymel de ne pas reconstruire dû à la situation difficile dans le dossier du porc.

«Je m’en attendais et je ne remets pas en doute ce choix de la compagnie. La situation est difficile dans le porc et Olymel possède déjà deux autres usines à Drummondville et Cornwall capables de suffire à la demande. On est loin des années où toutes les trois fonctionnaient à plein régime. J’aurais peut-être pris la même décision», d’expliquer M. Fortier.

«C’est une décision que la compagnie a mûrie. On ne peut pas faire grand-chose car ce n’est pas l’argent qui est en cause pour reconstruire. C’est le marché qui n’est pas là», d’ajouter le maire.

M. Fortier comprend également que la situation n’est pas rose pour les 180 employés qui en subissent les contrecoups et dit apprécier les efforts de l’entreprise pour les aider à se replacer ailleurs à l’intérieur de la compagnie ou de se trouver un nouvel emploi.

Pour la Ville, cet incendie lui coûte déjà très cher, qu’il s’agisse de la perte des 180 emplois dans sa cour, de la perte de revenus de taxation (quelques dizaines de milliers de dollars) ou de l’intervention des pompiers (210 000 $).

«Mais, on va s’en relever. On s’est déjà relevé de la fermeture de Princeville Fournitures et de la perte de ses 240 emplois au début des années ’90. Il y a eu aussi Camoplast et la perte de 200 emplois en 2009. Une mauvaise nouvelle ne m’a jamais jeté par terre. Il nous faut déjà regarder vers l’avenir. Il y a l’industrie des métaux qui se développe avec CBR Laser et nous prévoyons aussi agrandir le parc industriel Jacques-Baril. Cela nous amènera de nouveaux emplois. Dans le secteur du bois, Commonwealth Plywood a rappelé une vingtaine d’employés en août», souligne M. Fortier.

Pour la suite, le maire stipule que la Ville est toujours prête à s’asseoir avec Olymel dans l’avenir. «Les terrains sont toujours là», ajoute M. Fortier qui demeure conscient que l’important est certes de conserver l’usine d’abattage et de découpe de porcs située de l’autre côté de la rue et ses quelque 360 travailleurs.

Organisations: Camoplast, Commonwealth Plywood

Lieux géographiques: Drummondville, Cornwall

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires