«Soit on se modernisait, soit on disparaissait»

Hélène
Hélène Ruel
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

On criera «bingo!» et «Kinzo!» à la Grande Place

Si l’Association des bingos de Victoriaville ne modernisait pas ses installations… et ses jeux, son directeur général, Rouville Parent, ne lui donnait pas deux ans. «Soit on se modernisait, soit on disparaissait. Pour survivre, il nous faut trouver de nouvelles sources de revenus et prendre le virage technologique», résume-t-il.

On a ainsi annoncé la semaine dernière que Bingo Victoriaville quitterait le 359, boulevard des Bois-Francs Sud où il se trouve depuis 1999 pour s’installer dans une partie de l’aire qu’a quittée le magasin Hart à la Grande Place des Bois-Francs.

Le déménagement aura lieu le 1er décembre.

Paradoxalement, si le nombre d’adeptes du bingo traditionnel tend à diminuer - de 4% par année -, l’Association des bingos de Victoriaville, un organisme à but non lucratif, emménagera dans un local plus grand, 14 000 pieds carrés (au lieu de 12 000 pieds carrés actuels).

Il y investira quelque 250 000 $ pour meubler les lieux et surtout se doter de nouveaux appareils de loterie. Le déménagement créera une dizaine d’emplois, le personnel se composant actuellement de trois personnes à temps plein et d’une vingtaine à temps partiel.

Loterie vidéo et Kinzo

Dans ce local du centre commercial, outre les tables où l’on s’installe avec son tampon encreur pour marquer les numéros de sa carte de bingo, on trouvera un bar et des salons pour des machines de loterie vidéo, ainsi que pour le Kinzo pour lequel l’organisme a obtenu sa licence de la Régie des alcools, des courses et des jeux.

Une dizaine de salles Kinzo ont été ouvertes au Québec, la plus récente à Drummondville (la 11e), la semaine dernière. Ce nouveau jeu consiste en un tirage électronique fait à partir d’une centrale à Montréal. Le joueur dispose d’une carte où s’alignent trois séries de cinq chiffres allant de 1 à 90. Les lots varient selon le nombre de cartes vendues pour chaque ronde de tirages. «C’est un jeu aussi convivial que le bingo traditionnel où les participants s’installent aux tables pour quelques minutes ou pour toute une soirée. Cela devrait nous amener une nouvelle clientèle», prédit Rouville Parent.

D’ailleurs, comme les salles Kinzo doivent être ouvertes sept jours par semaine, une entrée sera aménagée à l’arrière du centre commercial pour avoir accès aux tables de jeu.

Ce nouveau jeu devrait constituer une source de financement supplémentaire pour l’Association. Jusqu’ici, les dix salles Kinzo génèrent des revenus entre 13 000 $ et 50 000 $, selon la taille des villes où elles sont implantées.

Le bingo en perte de vitesse

Président de l’Association des gestionnaires communautaires de bingos du Québec et vice-président du Secrétariat du bingo de la province, M. Parent dirige l’Association des bingos de Victoriaville depuis sa création en 1997.

L’organisme détient la licence de gestionnaire de bingos pour sa salle, mais aussi pour d’autres organismes comme le Centre communautaire d’Arthabaska, les Scouts des Bois-Francs, l’AFÉAS de Victoriaville, Le Passager de Warwick, la Garde paroissiale Saint-Isaac d’Asbestos et le Comité du carnaval de Victoriaville. «Depuis 2000, on a redistribué un peu plus de 4 millions $ à ces organismes», souligne M. Parent, directeur de l’organisme victoriavillois depuis les débuts.

Il précise qu’au Québec, on dénombre une quarantaine de salles de bingo, vingt, comme à Victoriaville, sont gérées par un organisme communautaire, les autres étant privées.

En moyenne, un millier de personnes (dont la moitié proviennent de l’extérieur de Victoriaville) fréquentent hebdomadairement Bingo Victoriaville, une clientèle dont l’âge moyen se situe autour de 62 ans. Le nombre d’adeptes diminue progressivement au fil des ans.

L’industrie du bingo a encaissé «deux coups durs», note M. Parent. Le premier en 2006 avec la Loi sur le tabac, le deuxième en 2008, alors que la structure s’est resserrée, la Régie obligeant le gestionnaire à prendre en charge l’organisation des bingos des organismes communautaires. Ceux-ci, pour profiter des bénéfices de la vente de cartes, doivent demander leur licence de la Régie et prendre entente, ensuite, avec un gestionnaire comme l’Association des bingos de Victoriaville.

Rouville Parent mentionne aussi que le bingo perd aussi du terrain en raison du vieillissement de la population, le jeu n’étant pas nécessairement le dada des baby-boomers. «On se retrouvait à la croisée des chemins.»

Dans un centre commercial?

Ayant eu vent des projets de développement de l’Association, le directeur général de la Grande Place des Bois-Francs, Pierre Guillemette, lui a proposé de s’installer dans le centre commercial.

«On avait deux ou trois scénarios sur la table et on a finalement retenu cette offre», dit M. Parent. Cette option comportait des avantages pour l’Association et pour le centre commercial. «C’est une solution gagnant gagnant. Il nous amène un achalandage et nous en lui amenons un aussi.»

À l’annonce du déménagement, certaines critiques ont fusé, notamment sur le plus difficile accès à la Grande Place pour des personnes à mobilité réduite. «On a déjà des ententes avec TaxiBus et on organise le transport de joueurs avec des autobus», mentionne M. Parent.

Lorsqu’il a annoncé le déménagement lors d’une séance de bingo le 28 septembre dernier, M. Parent soutient que l’auditoire a applaudi. «On aura plus de place à l’intérieur et plus d’aires de stationnement.» L’emplacement dans un centre commercial d’un établissement comme celui-là ne constitue pas un précédent, M. Parent soulignant qu’à Québec et Lévis d’autres exploitants ont ainsi choisi de se loger à même un centre commercial.

Organisations: Association des bingos de Victoriaville, Hart, Grande Place des Bois-Francs Régie des alcools, des courses et des jeux Association des gestionnaires communautaires de bingos du Québec Secrétariat du bingo Centre communautaire d’Arthabaska Scouts des Bois-Francs Comité du carnaval de Victoriaville Régie obligeant

Lieux géographiques: Québec, Boulevard des Bois-Francs Sud, Drummondville Montréal Victoriaville Place des Bois-Francs Lévis

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires